BLOG

Des Infos précieuses écrites avec Passion !

aRa

Auto -
suffisance

Des fruits et des légumes  toute l’année grâce à une gestion originale de son jardin, c’est urgent d’y penser.

ICI consultez gratuitement des articles rafraichissants pour continuer d'évoluer toute l'année

Exploitez - vous votre terrain à toute sa capacité ?

Est-ce que, vous aussi, vous nettoyez votre jardin dès la fin de l'été ? Est-ce que, vous aussi, vous attendez le mois de mars pour commencer quelques semis ? Est-ce que, vous aussi, vous avez focalisé votre production sur les légumes d'été pour finalement réaliser une ratatouille sur la saison ?

J'ai aussi procédé comme cela longtemps, mais j'étais finalement déçue à double titre. Le premier parce que je n'avais pas produit beaucoup, le deuxième, parce que cela m'avait demandé une énergie considérable pour un rendu bien éphémère.

En fait, si on y regarde de plus près, on s'aperçoit que le potager n'est utilisé que 6 mois de l'année sur 12 !
Cela veut dire que le temps n'est pas utilisé de manière optimale, comme la surface d'ailleurs. Oui, si l'on y regarde de plus près on s'aperçoit vite qu'il y a énormément de place perdue. Que ce soit par des allées souvent mal placées que par des secteurs de terre abandonnés entre des massifs parfois encombrants et pas forcement utiles.

Evidemment, ce que je vous propose ici, n'est pas une copie de l'exploitation intensive des maraichers, non, ce que je vous propose ici, c'est une optimisation de votre terrain de façon facile et durable. Une organisation différente et atypique qui assure une production variée et régulière sur l'année et dans le temps !

Comme moi avez vous fouillé sur internet pour chercher les réponses à vos questions ? Force est de constater que sur l'ensemble des sites les approches se ressemblent toutes. La base est quand même assise sur la saisonnalité et en plus les informations sont très morcelées.

Comme je vous l'ai dit, j'ai synthétisé tout cela pour une autonomie résilience alimentaire en fruits et légumes toute l'année. Non, non, ce n'est pas un rêve !

Comment gérez vous l'eau ?

Tous les récipients non pollués sont utilisables pour récupérer l'eau de pluie. Si vous disposez d'un puits, cela ne vous dédouane pas de récupérer l'eau de pluie. Chacun se souviendra des périodes de sécheresse que son terrain aura subit car il semble bien qu'aucune région n'aît été épargnée ces dernières années.

Vous constaterez très vite que malgré une dimension très honorable, les cuves sont rapidement pleines après une bonne pluie. Si vous pouvez dévier une descente d'eau ou ajouter une gouttière au bord d'un toit aussi petit soit-il, vous serez étonné de la vitesse avec laquelle votre cuve se remplira.

Cette eau stockée fera le bonheur de vos cultures.
Pour stocker l'eau, j'utilise des cuves que j'ai reliées entre elles afin qu'elles se remplissent de concert par gravitation.

Je complète mes réserves grâce à des bidons ou des bouteilles d'eau que j'empile.
J'ai pu également me procurer une tonne à eau dans une usine alimentaire près de chez moi. Lorsqu'elle est pleine, elle évacue, par son trop plein que j'ai associé à un raccord rapide, l'eau vers des cuves secondaires grâce a du simple tuyau d' arrosage.

L'autre façon de garder de l'humidité au jardin est de travailler en sol couvert. C'est ce que je pratique depuis de nombreuses années.
Une à deux balles de paille me permettent de couvrir mon sol au besoin. J'utilise aussi toutes les feuilles mortes de l'automne pour couvrir le potager, couvrir le pied des arbres ou générer du compost.

Mais si vous n'avez pas ces matériaux vers chez vous, j'ai d'autres solutions à vous proposer.

N'hésitez pas à me contacter en cliquant sur le bouton ci-dessous

Montage d'une petite serre tonneau

J'ai d'abord choisi l'emplacement et l'orientation de la serre. J'ai prévu que la porte serait orientée est.. Une fois les fers à béton positionnés, j'ai structuré l'ossature avec des bambous retaillés et fixés à l'aide de colliers "colson". A la base j'ai fixé des plinthes percées au fur et à mesure pour passer d'autres colliers de serrage et ajouté des attaches vissées.

Quatre cornières ont été implantées à l’avant pour la porte et à l’arriére pour renforcer encore la structure.

Avec des morceaux de fer à béton recourbés sur une extrémitée, j’ai créé des ancrages au niveau des plinthes. L’ensemble a été recouvert d’une bâche spéciale serre. La porte fixée par de simples charnières est réalisée à partir de la récupération d’un sommier bois de 120 de large.

Les parties saillantes ou agressives pour la bâche ont été protégées de bandages de coton d’un vieux drap découpé en lanières. Pour les questions ou commentaires veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous pour prendre contact.

Qui n'a pas été séduit par ces potagers ordonnés structurés et impeccables ?

C'est joli, mais ça demande beaucoup de travail de mise en oeuvre et surtout pour qui veut atteindre l'autonomie alimentaire toute l'année, cela fait perdre beaucoup de surface utile !
Alors, non ! pour moi ce n'est pas du tout la bonne option si vous avez hâte d'être productif et de ne pas perdre du temps à parcourir vos allées.
C'est sur, si votre sol est très dégradé, le principe de déverser de la matière fertile par dessus, va considérablement améliorer votre rendement mais il n'est pas utile pour autant de parquer votre amendement. Il vous suffira de l'étaler en épaisse couche et de démarrer illico.

Avez vous envie de scier assembler des planches ? de les arrimer au sol, de devoir penser l'irrigation enterrée si vous ne voulez pas avoir votre tuyau coincé dans l'angle de vos allées ?
Si je vous parle de tout ça, c'est que j'ai un peu expérimenté la chose il y a quelques années. Et oui, comme beaucoup, j'ai été séduite par le principe et je vous en montre une expression modifiée. Pas de planches mais des pavés autobloquants en guise de bordures.

Très vite, j’ai vu que ce système prenait de la place, compliquait les allées et venues rendait plus difficile le paillage et l’arrosage. Certaines parcelles mangeaient le paillis plus vite que d’autres demandant d’y intervenir de façon ponctuelles mais chronophage. Un seul point positif, les pavés restituent la chaleur et c’est un atout au printemps lorsqu’on a hâte que la terre se réchauffe.

Et puis, là, maintenant, ce qui compte c’est d’être autonome en fruits et légumes toute l’année! Donc, le focus est très différent. 

Vous cherchez une installation rapide de votre potager? vous cherchez à gagner du temps parceque vous n’avez pas que cela à faire ? Vous n’avez pas la force de l’athlète entrainé de 35 ans? Vous voulez avoir de quoi vous nourrir avec votre jardin toute l’année. Vous êtes prêt à manger plusieurs fois la même chose et vous prévoyez la transformation de vos surplus? alors vous êtes comme moi : synthétique organisé et enthousiaste !

Bienvenue au club aRa !

 

 

La terre....n'est pas une excuse....

Si vous avez suivi quelques posts sur FB, vous aurez vu que j'ai crée un nouvel espace potager au bénéfice de travaux de terrassement qui avaient mis de côté un énorme tas de terre arable. Je pensais écouler cette mane au jardin, mais le volume était tellement conséquent, que j'ai décidé de l'étaler là où il avait été déposé.
Prise de court et la saison avançant, je décidais d'y planter quelques légumes sur terrain nu.
C'est une terre argilo calcaire qui se compacte donc facilement. Elle se crevasse en séchant

Vous voyez ci-dessous les fentes même si le melon s’y développe quand même

Si je parle de cela, c’est que j’entends très souvent les jardiniers débutants se plaindre de leur terre. Souvent ,ce n’est d’ailleurs  pas vraiment la première année, passons. L’essentiel que je tiens à vous transmettre ici, c’est que nul n’est besoin de tout amender d’un coup pour réussir son potager. il y a des principes simples à mettre en place au fur et à mesure. Voyez vous ici sur ce bout de terrain, il y a énormément d’herbes indésirables et c’est pourquoi, je mettrais en place du paillage au fur et à mesure que je travaillerai un rang. Cela me permettra de garder la terre humide sur ce petit coin qui est exposé au nord et à l’ombre. ça tombait très très bien cette année si chaude ! Quelle que soit la terre, il est possible de faire pousser fruits et légumes. Il y a juste quelques précautions à prendre.

Le jardin, ce n'est pas difficile !


Je lis, le jardin, c'est beaucoup de travail, c'est beaucoup de temps, c'est fatiguant et c'est compliqué.

Oui, quand on veut produire comme un maraicher, oui quand on ne connait pas les principes ergonomiques , oui quand on s'éparpille sur les techniques élaborées du design et des potagers surélevés ou lorsqu'on veut jardiner de manière traditionnelle.

Mais avec de petites routines simples et des principes efficaces précis et ciblés, tout devient facile.
Avez vous cette appréhension d'être débordé(e) par votre jardin? Avez vous été déçu(e) par vos productions et été submergé(e) par des questions auxquelles vous n'avez pas trouvé de réponse ? Dans la foultitude d'informations sur internet il est très difficile de savoir si les conseils dispensés vont correspondre à notre situation. Ce qui fait la différence ici, ce sont mes quinze ans d'expérience associées à ma faculté de me rapprocher de l'essentiel. Pour entretenir un jardin, bien sur qu'il est possible de mettre en place des techniques sophistiquées et aussi de se lancer à cultiver de l'exotisme ou de l'atypique. Mais ici, l'objectif est de trouver son autonomie alimentaire dans la simplicité, dans un premier temps, pour réussir rapidement ce challenge et se sortir de la mal bouffe et d'arrêter d'exploser son budget. Je vous montre ci-dessous un tout petit aperçu de ma production de cette année.

Les réflexes ou habitudes sont tenaces

Laurier à tailler

Cela fait des années que les propriétaires ont pris l’habitude de ceinturer leur terrain d’une haie de persistants. Pendant très longtemps on a vu se dresser des haies de sapins, de thuyas puis de laurier du caucase.  

Progressivement ces haies hautes de  80 cm, à l’origine, poussent et atteignent parfois 2m 50 de hauteur sur 2 à 3 m de large. 

Sur le conseil des paysagistes , les haies ont sorti quelques couleurs grâce à l’association de buissons variés, mais dans l’ensemble, il ne vient à l’idée de personne que ces haies vont être une source de contrainte infernale. Si au début, rectifier la forme se fait de façon facile, au bout de quelques années, il faut se hisser sur un escabeau en portant le taille haie à bout de bras. Tant de travail et d’efforts pour garder cet aspect aussi rigide qu’un mur m’interpelle beaucoup.. 

J’habite une région bocagère, région d’élevage où les terres sont délimitées par des haies qui ont de multiples usages Le premier est de délimiter les propriétés, le deuxième est de garder le troupeau et éviter qu’il ne divague, le troisième est d’apporter de l’ombre, de réduire le ravinement et de protéger des vents, le quatrième est d’alimenter en bois la maisonnée pour le chauffage mais aussi pour les manches d’outils et diverses fabrications, le cinquième est de fournir le gîte et le couvert à la biodiversité. Voyez vous, cette haie est multifonction.

Vous qui envisagez votre jardin en ressource alimentaire, vous pouvez vous aussi rendre votre haie multifonction et avant tout nourricière! Un espace conséquent à cultiver vous attend. 

L

Voici les compétences que vous allez apprendre et pouvoir appliquer en téléchargeant ce guide dès aujourd'hui

Guide "Les clefs fondamentales pour un jardin abondant toute l'année! "

ET DÉCOUVREZ QUELLES SONT LES PREMIERES ACTIONS QUE VOUS POUVEZ METTRE EN PLACE, DES MAINTENANT, POUR AMELIORER VOTRE RESILIENCE ALIMENTAIRE. 

Partagez

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Retour haut de page
Presque fini ! 77%

Rejoignez des centaines de lecteurs !

Gratuit pour vous ! Recevez le guide de 40 pages "Les clefs fondamentales pour un jardin abondant toute l'année"

... et découvrez les Astuces atypiques pour vous aider à améliorer votre résilience alimentaire.

Guide aRa